Martine CHEVALLIER - Barbara SUKOWA

"DEUX" de Filippo MENEGHETTI

Fille et Mère ....Léa Drucker et Monique Chevallier

 «  DEUX «  de Filippo Meneghetti

 Filippo Meneghetti  a réalisé un court-métrage «  LA BÊTE «  en 2017

 « Un enfant tombe dans un gouffre qu’on dit hanté. Son grand-père malvoyant tente de convaincre les habitants d’un village isolé de vaincre leurs peurs et de secourir son petit-fils .« 

Cette première expérience réussie le conduit à réaliser un premier long-métrage : « DEUX » une excellente surprise.

Cette histoire dérangeante (pour certains) raconte le parcours de deux femmes âgées, amoureuses depuis de longues années qui vivent sur le même palier.

Leur rêve : vendre leur appartement respectif et rejoindre Rome, la ville où elles se sont rencontrées mais l’une d’elles, Madeleine n’ose pas avouer sa relation à ses enfants.
Le mensonge devient un ressort dramatique.

 Le rêve vire au cauchemar lorsque Madeleine, est foudroyée par un AVC.

La fille de Madeleine s’impose dans la narration en découvrant la relation de sa mère . Elle ne supporte pas cette situation et la place en maison médicalisée. L’état de la maman se dégrade.

Son amie l’enlève de l’institution et la jeune femme prend enfin conscience de ses erreurs.

L’amour reste le meilleur remède à la maladie.

Un trio de femmes exceptionnel incarne ces trois personnages : Martine Chevallier ( Madeleine) Barbara Sukowa (l’amoureuse), Léa Drucker ( la fille de Madeleine)

Martine Chevallier, ancienne élève d’Antoine Vitez à travaillé avec Jean-Louis Barrault, Peter Brook et est apparue dans plus de vingt longs-métrages.

Cette sociétaire de la Comédie Française depuis 1988 traverse l’écran et trouve  sans doute son meilleur rôle.

Il est impossible d’oublier son visage, ses regards, sa présence.

 Le réalisateur n’a pas hésité à utiliser des gros plans ; voire même de très gros plans qui suscitent l’émotion.

  Barbara Sukowa , actrice allemande d’origine polonaise a été l’égérie de la nouvelle vague du cinéma allemand. Elle est apparue dans les films de Fassbinder, Schlöndorff et Margarette Von Trotta pour laquelle elle interprète le rôle de Rosa Luxemburg ( Prix d’interprétation Cannes 1986)

 Filippo Meneghetti utilise la force physique de l’actrice ,sa présence, son empathie et sa fougue.

Le scénario apporte son lot de surprises par de multiples rebondissements.

Le réalisateur mène la dramaturgie du film avec raffinement, élégance , poésie , rigueur tout en apportant de la légèreté dans un sujet émouvant où une musique diversifiée apporte sa contribution à la bande sonore.

Cette histoire d’amour entre lesbiennes âgées n’est pas dérangeante ; ce qui l’est, c’est l’intolérance de la fille, la rapacité de l’assistante médicale , un excellent second rôle interprété par Muriel Bénazéraf.

Jérôme Varanfrain  interprète le rôle du fils de Madeleine  et complète la distribution.

Filippo Meneghetti a réalisé un formidable premier long-métrage.

On attend avec impatience ses prochaines créations.

                                                                                                   Robert Lombaerts

 

 

 

 

Filippo Meneghetti Réalisateur

Martine Chevallier (Madeleine)

Léa Drucker

Barbara Sukova