A PROPOS DES " MEDIAS, LE MONDE ET MOI d'Annne-Sophie NOVEL

 

« LES MEDIAS , LE MONDE ET MOI "

Documentaire d’Anne-Sophie NOVEL

 Mons. Le Mundaneum, centre d’archives de la fédération Wallonie Bruxelles, espace d’expositions, accueille l’avant-première du documentaire d’Anne Sophie NOVEL, journaliste et réalisatrice indépendante.

 «  Les Médias, le monde et moi » peut être qualifié de « patchwork », cet assemblage de pièces diverses qui forment un ensemble coloré , contrasté et cohérent.

Le documentaire déconcerte dès les premières images , intrigue. L’introduction se déroule dans un marché où l’on vend des salades… !

On pénètre progressivement dans l’univers d’Anne Sophie-Novel qui nous fait découvrir les relations entre les journalistes et le public ; les expériences du renouvellement de la presse avec de nouvelles publications comme XXI et 6 MOIS . En Belgique , songeons à MEDOR et à WILFRIED.

Elle nous fait part des réussites et des échecs comme EBDO auquel elle  a participé.

Sa présence dans les images n’est pas narcissique mais procède d’un accompagnement léger, non dénué d’humour.

La caméra voyage en France ,en Angleterre, aux Etats-Unis, au Danemark…

Tous les intervenants sont de grande qualité , qu’il s’agisse de journalistes patentés comme Elise LUCET ou Stéphane PAOLI , ou d’autres moins médiatisés ,français américains, anglais ou danois. Leurs propos nous éveillent et nous réveillent.

Le travail d’investigation, la recherche de nouveaux liens entre les «  consommateurs » et les producteurs d’informations nous interpellent.

Malgré les fake news, le désenchantement actuel, une nouvelle presse surgit.

De nouveaux journalistes se lèvent sans arrogance.

Ils possèdent une éthique, l’analyse des faits avec les recoupements indispensables ; un lien interactif avec leurs lecteurs tout en gardant l’impertinence du libertaire et la mémoire d’Albert LONDRES.

Anne-Sophie NOVEL utilise des dessins et des schémas d’un charme désuet mais efficace. Elle nous surprend par des faces caméras de comédiens aux propos agressifs qui peuvent choquer certains par une forme d’intrusion provocatrice. Cette forme nous plaît.

«  Le Monde, les médias et moi «  est un documentaire remarquable, utile qui suscite la réflexion et impose de multiples visions pour en décortiquer la substantifique moelle.   

                                                                              Robert LOMBAERTS

Dépoussiérer le journalisme

 Anne Sophie Novel atteste que le “métier est en plein renouveau” – et si certains ont essuyé des échecs, d’autres connaissent un “énorme succès”. Elle cite le 1, Society ou encore Brut, qui “segmentent bien leur format et se préoccupent de l’attention que l’audience peut accorder”.

  Elle évoque aussi le traitement des fake news et le travail d’investigation qui mettent en lumière des faits de société et “redorent le blason des médias”.

   Les médias, le monde et moi a pour ambition de développer une réflexion profonde sur le métier de journaliste. Pour Anne-Sophie Novel, le journalisme de demain “doit être médiateur et tisser du lien” afin de révéler toute la complexité du monde et se libérer des présupposés dans lesquels nous nous sommes cloisonnés de part et d’autre. À l’heure où l’ombre de la crise plâne sur des modèles économiques dont l’équilibre est parfois tâtonnant, la tâche s’annonce ardue.

    Elle a rencontré des journalistes mais aussi des chercheurs et des sociologues, en France mais aussi à l’étranger : “les anglo-saxons considèrent que les médias dépeignent un monde plus négatif qu’il n’est réellement”.

    À travers ce documentaire, elle compte “redonner de l’espoir” sans pour autant prôner un “journalisme de bonnes nouvelles”. “Faire du journalisme positif, ça ne veut rien dire : l'héroïsation du monde ne fonctionne pas. Il faut se questionner : que reflétons-nous en tant que média