" PARASITE " de Bong JOON HO -Palme d'or du Festival de Cannes 2019

"PARASITE " Une Palme d'Or exceptionnelle- Un Chef-d'oeuvre

Actuellement dans toutes les bonnes salles de cinéma !

Tous les vingt ou trente ans il nous est donné de découvrir un chef-d’œuvre.

« PARASITE «  nous vient d’Asie, plus précisément de Corée du Sud.  Pauvres et riches vivent dans des quartiers différents dans des relations de maîtres à esclaves.

  L’architecture des lieux de vie ; villa clôturée, invisible de l’extérieur pour les uns et sous-sol dans une rue glauque pour les autres détermine les conditions de vie.

  Le fils de la famille pauvre est recommandé par un ami pour donner des cours d’anglais dans la famille riche. Dès lors se met en place un puzzle dont les pièces s’agencent au fil du récit.

  La fille de la famille pauvre va s’ingénier à trouver une stratégie qui permettra à toute sa famille d’intégrer la villa après avoir chassé les domestiques et reprendre leurs fonctions.

  Le récit abonde en surprises diverses et l’on découvre des éléments surprenants dans les caves fortifiées de la villa, véritable bunker où se cache de le mari de l’ancienne gouvernante.

  Les situations établies font s’effondrer suite à un retour précipité de la famille riche et lors d’une fête la violence surgit .

 Un scénario subtil et dense ; de l’humour , la construction et la déconstruction du puzzle où les parasites riches et pauvres s’affrontent .

  L’interprétation, la photographie, la bande sonore sont sans faillesLa perfection de tous ces éléments nous rappelle les grands cinéastes comme Fellini et d’autres….

 A  VOIR  de toute urgence !

                                                                       Robert LOMBAERTS

 

 

 

 

 

 

"NE A SAYADA" documentaire de Michel Kuate- COUP DE COEUR

COUP DE CŒUR

NE A SAYADA un film documentaire de Michel KUATE

Ce cinéaste camerounais a été formé aux classes de cinéma Ecrans Noirs en 2002. Réalisateur du film LE PERE DE TILAI en compétition au dernier FESPACO et primé FESTICAB 2019 (Burundi).

NE A SAYADA , sa toute dernière réalisation est un bel exemple de Coproduction Sud-Sud (Cameroun-Tunisie). Tourné en Tunisie.

Le scénario évolue dans le temps. Il relate le parcours du père du cinéma Tunisien Tahar CHERRIA. Témoignage de son fils aîné.

Le digne fils de SAYADA a su consacrer toute sa vie à la lutte pour la dignité du continent Africain à travers le Cinéma. Mais aussi, l’amincissement des frontières entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne.Le film mélange l’enfance, l’adolescence, les exploits, les échecs, jusqu’au décès du héros en 2010.

« En 1966, il crée le premier festival panafricain et panarabe : « les Journées cinématographiques de Carthage « et en devient le secrétaire général jusqu'en 1974. Il occupe parallèlement des fonctions d'expert auprès de l'Unesco (culture arabe, cinéma et télévision) de 1963 à 1974 et de responsable de l'action culturelle de l'Agence de coopération culturelle et technique. (ACCT)devenue OIF (Organisation internationale de la francophonie)

Il co-fonde la Fédération panafricaine des cinéastes en 1970 avec Ousmane Sembene et en devient président d'honneur.

Quelques jours avant sa mort, le 27 octobre 2010, la 23e édition des Journées cinématographiques de Carthage rend hommage à son fondateur dans une soirée spéciale à laquelle Tahar Cheriaa, malgré sa maladie, assiste sur une chaise roulante ; il y annonce qu'il lègue le reste de ses travaux à sa ville natale.  »

Au-delà du récit, la photographie et la bande sonore de qualité moyenne suscitent l’attention. NE A SAYADA reste sans doute la biographie d’une icône du cinéma africain qui ne laisse personne indifférent

Un film à voir absolument !!!

Alphonse NTEP

 

Une coproduction Sud Sud - Cameroun Tunisie- Réalisateur et productrice