BOHEMIAN RHAPSODY vu par Cedric Binot

Bohemian Rhapsody raconte l’histoire extraordinaire du groupe Queen et de son chanteur emblématique Freddie Mercury, de la création du groupe jusqu’au Live Aid, leur dernier grand concert. On y suit le génie et le succès fulgurant de Freddie Mercury qui annihile les conventions et révolutionne la musique des années 70, en risquant la quasi explosion du groupe.

La scénarisation d’un biopic est l’un des styles les plus difficiles. Les auteurs tentent de donner vie à un individu, célèbre la plupart du temps, dans un cadre conventionnel et classique. Souvent, le parcours de l’artiste se réduit alors à des clichés comme la maladie, le succès, la drogue, l’amour contrarié et éventuellement la mort.

Bohemian Rhapsody n'échappe pas à cette succession d’événements. Cependant, le film trouve quelque chose à raconter en plus de ces faits .

L’originalité du scénario d’Anthony Mc Carten est amenée par la description de la collaboration entre les différents membres du groupe à l’origine de leur succès. Malgré un nouveau genre musical, c’est ce qui a donné naissance aux chansons culte de Queen.

Réalisateur du biopic, Bryan Singer transcrit parfaitement le désir de s'épanouir des membres du groupe. Il va parfois assez loin dans la caricature quand il montre Freddie Mercury désinvolte, ne se souciant pas d’arriver régulièrement en retard, se disputant avec ses collaborateurs, se vautrant dans la débauche alors qu'il ne veut en réalité qu'être intégré dans un groupe musical…

Le film se déroule en flashs backs et commence par la montée du chanteur sur la scène du Live Aid en 1985 dans le stade de Wembley.

En 1970 à Londres, Farrokh Bulsara, un immigré parsi alors étudiant, sort se divertir dans une boîte de nuit. Le groupe de rock Smile se produit sur scène ce soir-là. Composé d’un guitariste, d’un batteur et d’un chanteur-bassiste, ce dernier annonce subitement qu'il quitte la formation. Après le concert, Farrokh se présente aux deux membres du groupe dépités. Ils ne prennent pas au sérieux ce jeune homme au look étrange et se moquent même de sa dentition si particulière. Mais Farrokh insiste et leur chante a capella un titre qui les fait changer d'avis.

 

 

 

 

 

C’est le début d’une nouvelle aventure : le groupe se renomme Queen, alors que Farrokh choisit comme nom de scène Freddie Mercury. On suit la création des chansons les plus connues du groupe, ce qui ravit les amateurs. Ceux qui ne connaissent pas (ou plus) les classiques de Queen, apprennent les détails et les anecdotes de leurs créations.

Sans toutefois plonger dans le tragique, on suit la décadence du leader.

Bohemian Rhapsody arrive à faire frissonner ;reste engageant, porté par les chansons du groupe et la performance remarquable de Rami Malek dans le rôle de Freddie Mercury.

                                                                                    Cédric BINOT