OUVERTURE de la 23ème édition d'ECRANS NOIRS Yaoundé CAMEROUN

Jean-Pierre BEKOLO

OUVERTURE DE LA 23e EDITION DU FESTIVAL ECRANS NOIRS

L’événement cinématographique le plus important en Afrique Centrale

Connu comme étant le deuxième plus grand festival de films en Afrique Noire après le FESPACO de Ouagadougou, le Festival Ecrans Noirs est créé en 1997 par Les Films Terre Africaine qui ont cofinancé les premières années d’existence avec l’aide de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT devenue OIF)« Si les Ecrans Noirs n’avaient pas existé, il y aurait bien longtemps que l’on ne parlerait plus du cinéma au Cameroun. » Bassek BA KOBHIO fondateur des Ecrans Noirs.

Samedi 13 Juillet 2019 s’est tenue l’Ouverture de la 23e édition au Palais de Congrès de Yaoundé. Au programme :

  • Montée des marches sur tapis rouge

  • Hommages

  • Présentation de la sélection Officielle des films en Compétition :

Une sélection qui malgré tout va à l’encontre de son propre règlement général. Mais, le comité d’organisation est seul habilité à régler les points non prévus au règlement et à accorder des dérogations. Ce qui, inévitablement, nous ramène au célèbre : « il n’y a pas de règle sans exception ».

On en revient à la conclusion qu’il n’a presque pas de nouveaux films. Obligé de projeter les mêmes films que l’on retrouve partout ailleurs y compris au Cameroun.

A titre d’exemple, LA MISERICORDE DE LA JUNGLE de Joel Karekezi disponible dans les salles Canal Olympia de Bessengué et de Yaound

Présentation du Jury officiel :

Des noms bien connus à l’instars de Hassan Benjelloun (Maroc) , Hugues Nonn (France), Rokhaya Niang (Sénégal), Habi Touré (RDC), Mohamed Irgui (Maroc) , Mansour Sora Wade ( Sénégal), Marie Ines Ayonga (Cameroun)…

Allocution du Délégué Général de l’Association Ecrans Noirs

  • Bassek BA KOBHIO :

  • Allocution du Représentant du Ministre des Arts et de la Culture du Cameroun

  • Flm d’ouverture 

 Miraculous Weapons (Les Armes Miraculeuses) de Jean Pierre Bekolo.

Long Métrage fiction d’une durée de 104 min est la toute dernière œuvre en date (2017) de l’auteur-réalisateur Camerounais Jean Pierre Bekolo.

Ce film entièrement tourné en Afrique du Sud. A obtenu le Prix SEMBENE OUSMANE au FESPACO 2019.  Notons que depuis la création de ce Festival aucun film camerounais n’avait encore fait l’objet de film d’Ouverture.

 Le synopsis est simple :

« Dans un Etat appelé Free State, l’histoire de trois femmes qui se retrouvent autour d’un condamné à mort. L’une débarque d’Europe pour soutenir le condamné, une autre est la femme d’un condamné qui gère un bed & breakfast à côté de la prison et la dernière enseigne le français à la prison. »

 Distribution : Xolile Tshabalala, Maryme Bertieaux, Emil Abossolo-Mbo, Andrea Larsdotter.

 Ce film dont le titre est inspiré du livre « Les Armes Miraculeuses » d ‘Aimé Césaire fait office de manifeste en faveur l’abolition de la peine de mort dans le monde. Mais aussi, de l’immortalité des condamnés. « Nous sommes immortels » réplique Djamal Okoroko .

 A travers de nombreux gros plans, Jean Pierre Bekolo nous plonge dans la psychologie du personnage de Djamal Okoroko interprété par l’acteur Camerounais Emil Abossolo-Mbo. Ce dernier campe le rôle principal du condamné à mort.

La thématique et l’esthétique globale du film nous démontre à suffisance qu’il s’agit d’un magnifique cinéma d’auteur.Malheureusement 1/4 des spectateurs présents ont quitté la salle avant la fin du film.

Est-ce à cause de la camera délaissée sur le podium pendant la projection  et certains spectateurs ne pouvaient lire les sous-titres..Hélas ! Nous le saurons jamais.

                                                                                        Ntep Ntep Alphonse MAGLOIRE